L'Ordre des Avocats de Carcassonne est heureux de soutenir L'Institut des usages
Le Cabinet Lebray & Associés est heureux de soutenir l'Institut des usages
Monti
HOCHE SOCIÉTÉ D'AVOCATS 106 rue de la Boétie, 75 008 Paris
Droit des Affaires
L'Ordre des Avocats de Montpellier est heureux de soutenir l'Institut des usages
Fac de droit Montpellier
Le Cabinet UGGC & Associés
Actance
MB & Associés
Secib
LexisNexis
BREDIN PRAT est heureux de soutenir la bibliothèque des usages
RACINES SUD est partenaire de l'Institut des usages
CMS Francis Lefebvre Avocats est heureux de soutenir la Bibliothèque des usages
LAMY LEXEL, avocats d’entreprises à Lyon et Paris, est fier de soutenir l’Institut des Usages
La Fédération française des Industriels Charcutiers Traiteurs est partenaire de l'Institut des usages
L'Université de Montpellier est heureuse de soutenir la Bibliothèque des Usages

ALERTE FEVRIER 2021 : LE LEGISLATEUR INVITE LES REGIONS A INVENTORIER LES USAGES AGRICOLES

ALERTE FEVRIER 2021 : LE LEGISLATEUR INVITE LES REGIONS A INVENTORIER LES USAGES AGRICOLES

La loi n°2021-85 du 29 janvier 2021 visant à définir et protéger le patrimoine sensoriel des campagnes françaises (la « Loi ») présente de rares qualités.

Elle est brève. Trois articles…

Elle est novatrice. Son article 1er étend le « patrimoine commun de la nation » reconnu à l’article L. 110-1 du Code de l’environnement aux « sons et odeurs » qui caractérisent les ressources et milieux naturels terrestres. 

Elle est décentralisatrice. Son second article confie aux Régions le soin de mener des inventaires « dans leur diversité d’expressions et d’usages … des activités, pratiques et savoir faire agricoles …» et ce, pour « qualifier l’identité culturelle des territoires ».

Elle est réformatrice. D’une part, la Loi annonce que les inventaires menés pourront « concourir à l’élaboration des documents d’urbanisme » et d’autre part, que le Gouvernement devra dans les 6 mois remettre au Parlement « un rapport examinant la possibilité d’introduire dans le code civil le principe de la responsabilité de celui qui cause à autrui un trouble anormal du voisinage » en prenant en compte l’environnement. Dès lors que l’article 1er de la Loi valorise désormais dans l’environnement les considérations sonores et olfactives, les chants de coqs et les odeurs des vendanges ne devraient plus pouvoir constituer des troubles anormaux du voisinage.

Les mauvais esprits trouveront que la Loi vise le fan club de Jean-Pierre Pernaut et contribuera à toujours plus de paperasse. Dans le contexte actuel, elle présente toutefois des vertus bucoliques et apaisantes tout à fait bienvenues.

P. M.